SEL D'ESPRIT
                  

 

670 à 787  788 à 881  882 à 1000

SOULSALT COMMENTS 3 OVERDOSE

882

Comme ils l’ont dit dans Télémoustique : l’aphorisme de Louis de Funès. J’aime bien cette interprétation !

883

Lâchez-vous, Nondidju…

884

En ce qui me concerne, surtout chaos.

885

Et une rime pour la vaisselle ! Ecoutez du hard rock ou du nu metal en particulier. Une mention spéciale pour Linkin Park comme musique idéale…

886

Dans le style facile à dire mais à mettre en pratique, mon q.

887

Mon petit clin d’œil aux bouddhistes. La contemplation, c’est un truc d’égoïstes, on ne peut pas faire QUE ça. F… karma.

888

FASCINATION. Imprégnez-vous de ce mot et vivez-le. (mais éclatez vous sur des choses saines et positives…)

889

Restons polis.

890

Mais à quoi pensais-je quand j’ai écrit cela ?

891

Justement, voilà quelque chose qui me fascine.

892

Oui mais sachons ne pas exagérer sur le volume…Vous avez certainement déjà croisé un gars dans le métro avec un baladeur qui gueule si fort que vous reconnaissez la chanson à cinq mètres de lui. Bonjour les tympans.

893

Purement théorique puisqu’il semblerait que la première proposition n’existe plus.

894

Cultiver les bananes pour que les autres les mangent.

895

A votre santé !

896

Lire « percevoir ». On veut bien de l’art moderne n’importe quoi, mais quand même.

897

Je proposerais bien cette définition de la discothèque au Larousse.

898

Conclusion ?

899

Un peu contradictoire avec la 887, mais finalement pas tant que ça. La solution : contemplation un peu mais pas trop, action beaucoup.

900

Ne laissez jamais quelqu’un lever la patte sur vous.

901

Elles finiront bien par piger un jour.

902

Nous sommes tous des esclaves.

903

Ce n’est pas normal que la collectivité doive systématiquement payer pour les conneries des individus irrresponsables.
904

Je ne connais moi-même aucun extrait de pièce de théâtre ou poème par cœur. Je vais donc m’y mettre !

905

Blind like Justice anyway.

906

Mignon comme petit slogan romantico-écolo, non ?

907

Le plus chouette, c’est qu’en anglais « solde » se dit « sale ». Comme faux ami, on ne fait pas mieux.

908

Pour les dix commandements du Traité du petit dictateur parfait.

909

Génération Star Wars.

910

Ou comment apprendre à nager dans un océan d’information.

911

Dommage, vu que cette essence-là, elle est produite localement et elle est gratuite.

912

Aussi pour 908.

913

Diabocolique…

914

Ou alors, il faut que le passage à tabac soit vraiment très méchant.

915

Personne, j’insiste. (autre que soi-même, entendons-nous)

916

La fin du monde est proche, pas besoin de prophète en robe longue et à la voix grave.

917

« It’s my jeans ». D’une chanteuse dont j’ai malheureusement oublié le nom.

918

Tiens, j’en sors en ce samedi après-midi pluvieux.

919

La seule drogue qui tienne.

920

C’est toujours étonnant ce qu’on peut faire dire à une seule lettre.

921

Mélange de faits divers moches et ras du sol avec béatitude molle et dorée.

922

J’attends encore qu’on me la demande.

923

Derrière des mots simples, il faut chercher la différence entre savoir et ressentir.

924

La 883 avec d’autres mots.

925

Et encore une sur ce sujet méga-tabou sur lequel il faudra bien qu’un jour la société européenne revienne.

926

Mais s’ils sont justes, méritent-ils encore le titre de vices ?

927

Définition qui changera la vie sur Terre.

928

Vous ne saisissez pas ? Mettez-vous dans la même situation qu’un enfant dans un camp de réfugiés qui récupère les grains de riz tombés des sacs dans la bousculade derrière la camion d’aide alimentaire. Balancez par terre dans votre cuisine le paquet de riz que vous alliez cuire et puis donnez-vous trois minutes pour ramasser un par un les grains de riz que vous aurez effectivement le droit de vous cuire pour manger. Vous ne laisserez plus jamais un seul grain de riz dans votre assiette.

929

Une société qui se construit en cultivant et couvrant les irresponsabilités de ses individus ne peut pas durer. Verdict en cette première moitié de vingt et unième siècle.

930

Et sans se doper.

931

La déboussole comme outil des politiciens.

932

N’empêche, dire que l’anglais est une « lingua franca », ça ne manque pas de sel !

933

Coïtus interruptus.

934

Capitalistes !

935

Déficit absolu de véritables guides spirituels.

936

No limit, c’est bon pour le snowboard.

937

Tragique.

938

« Just do it », comme dirait Nike.

939

Ah, sympa mais elle a sûrement déjà été faite.

940

Plein les yeux, le nez et les oreilles, on ne pige plus rien.

941

Je suis pour une société matriarcale, les hommes ont eu leur chance et ils l’ont clairement gâchée.

942

Ca c’est de la philosophie.

943

Il faut aller chercher le bon sens là où il est.

944

Au gros sel dans les fesses.

945

Tellement ironiquement évident, je suis étonné qu’on ne le dise pas plus.

946

Fastoche.

947

Forcément puisque les derniers créent les premières.

948

Zombies.

949

Ou quand qualités et défauts se compensent dangereusement…

950

Pas besoin d’éructer des grossièretés.

951

Et pourtant…

952

Indiscutable.

953

Déclarons la guerre aux mégots !

954

Nous sommes tous témoins de cette arrogance.

955

Hémoglobine story.

956

Hallucinant.

957

Le poing en l’air et tous ensemble.

958

A quand le contrôle technique annuel obligatoire pour les humains ?

959

Là, je joue mon p’tit enfoiré de donneur de leçons, mais c’est pour la bonne cause.

960

On ne parle pas de ce qu’on ne connaît pas.

961

Pas assez motivant que pour y arriver effectivement.

962

Pas encore trouvé mes références, et vous ?

963

Ce slogan est en vente !

964

Pas que du monde occidental.

965

Et ça donne pas mal de résultats…mais à qui profitent-ils ?

966

Huh ?

967

A mon grand étonnement, j’en ai moi-même été victime.

968

Un bis pour le culte du superflu.

969

Tous des surexcités.

970

Mais bon, ce serait encore mieux de changer le protocole vestimentaire…

971

De l’influençabilité des faibles.

972

Mmmmhhh…

973

En retard dès le départ. Comme le disait mon prof de biochimie, en bon flamand qui adore torturer la langue française : « rien ne sert de partir, il faut toujours courir ». Merci M. Van Belle !

974

Désolé pour ceux qui croyaient y échapper.

975

Bon conseil que je ne suis pas, comme d’habitude.

976

Car il faut l’apprendre par soi-même.

977

Donc, vive la critique.

978

Bonne excuse pour ceux qui ne peuvent pas se payer une big bagnole.

979

C’est bien ce qui se passe…

980

Petite motivation pour les feignasses.

981

La monarchie n’est pas là où on croit.

982

Ne vous abreuvez pas aveuglément à la philosophie orientale.

983

Désolé pour le business des coiffeurs.

984

Vous n’aurez plus jamais soif.

985

Zombies !

986

Mais le regret est garanti, alors que le remords n’est pas certain.

987

Une visite sur le billard qui a eu un impact plus qu’imprévu sur mes attentes post mortem.

988

Simple constatation.

989

Peas and laugh.

990

Recette de cuisine littéraire.

991

« Tu ne convoiteras point…. » et puis m… pourquoi pas un p’tit peu de temps en temps ?

992

Basmati, s’il vous plaît.

993

Essentiel. Juste après l’amour et l’eau fraîche.

994

Nous, on l’a fait : un Jack Russel et une Montagne des Pyrénées.

995

Et voilà le troisième élément de la trilogie sur le joint !

996

Pour une mise sur orbite en douceur.

997

Bref, chantez !

998

Blague de mecs. Végétarienne.

999

Une fois de plus, que de nuances dans une seule lettre de différence.

1000

Rien à ajouter…

Zî ende

C’est fini pour le moment ! La suite est prévue pour 2008, histoire d’écrire une ou deux histoires complètes…