JETS D'ENCRE
                   

1 à 80    81 à 160    161 à 240    241 à 330


241.

Un peu comme quand on vous dit " suivez le guide ", mais qu'il n'y en a pas…

242.

J'essaie toujours d'écrire en couleurs !

243.

Oui, j'en conviens, elle n'est pas aussi relevée que le plat promis.

244.

Pick Fukachu ! (ou quand le commentaire est encore plus obscur que le jet d'encre…)

245.

Parfois quand je conduis, j'aimerais avoir un bazooka entre mes deux phares pour pulvériser les enfoiré(e)s qui se croient tout permis. Of course, c'est un peu extrême !

246.

Je n'en suis toujours pas revenu.

247.

Bêêê…

248.

Je comprends tout à fait pourquoi les anciens y voyaient une déesse.

249.

Nous aussi, nous avons des habitudes alimentaires complètement barbares.

250.

J'ai marché sur une coulée lente de lave sur l'Etna, tout simplement hallucinant !

251.

Un petit garde-fou, au cas où ? !

252.

C'est pour se rassurer quand on se rend compte qu'on vieillit.

253.

Il y a des jours où il me semble que je déconne un peu.

254.

Une de mes préférées, mais de nouveau encore personne d'autre n'a flashé dessus…

255.

Nous ne sommes qu'une bande de prétentieux parasites.

256.

Et je me marrais quand on me parlait du mal d'Afrique. Il est bien réel !

257.

no comment.

258.

no comment bis.

259.

Principe bien connu mais pas assez appliqué. Notre seule et unique chance de durer.

260.

Qui est vraiment au-dessus, doit savoir se tenir en-dessous.

261.

C'est pas la pomme le problème, c'est l'homme. (ça ferait bien un jet d'encre aussi, non ?)

262.

J'avais vraiment tout essayé pour me l'arracher de la tête…

263.

La plupart des européens s'en fichent d'aller voter, alors que dans d'autres pays, ils risquent leur vie pour en gagner le droit. Par respect pour ces derniers, remplissons notre devoir !

264.
La grande question est : qu'est-ce qu'il nous faut pour bien régler tout ça ?

265.

J'ai pas dit que c'était bien de mentir, attention…

266.

Si on se contente déjà d'en observer simplement la réalité mathématique, c'est assez amusant : les dix générations qui nous précèdent représentent 2046 ancêtres et cela ne nous fait remonter qu'environ 300 ans en arrière…

267.

Rien à faire, une nana avec un piercing ou un tatouage, je m'enfuis !

268.

Les films de Q qui montrent des actes non seulement légaux mais pratiqués par tous, sont considérés comme pervers, par contre les thrillers ultra-sanglants à la violence chorégraphiée et finalement bien plus explicite que celle réelle, ça c'est super-cool… allez piger…

269.

…" This is my Church. This is where I heal my hurts. " from " God is a D.J "…

270.

on est tous au moins un peu patriotes malgré nous.

271.

Du bleu, du vert et du rose, ça jure pour un drapeau, mais c'est la juste fusion politique.

272.

Visionnaires ou morts.

273.

De la valeur du temps.

274.

Et nous commençons déjà à payer la note…

275.

L'épanouissement à outrance de l'individu, ça ne vaut pas plus que le plaisir solitaire.

276.

A quoi ne me suis-je pas plié pour calmer ma femme après le 219…

277.

Rien ne peut battre un beau voilier si ce n'est une belle femme.

278.

A votre santé…

279.

Chiens et chats, blancs et noirs, arabes et juifs, supporters anglais et allemands, etc… que de querelles débiles…

280.

La clââsse le costard mec, mais ça ne te met pas à l'abris d'être un gros fouteur de b….l !

281.

Ou comment montrer qu'on a aussi des lectures tout en ne se prenant pas trop au sérieux.

282.

Un beau défi : essayer de contribuer à la résolution -partielle- de problèmes qui reviennent à chaque génération. Voir la " Postfarce " du livre, disponible aussi sur le site.

283.

Je me sens tellement mal quand je ne fais pas de sport que je ne comprends pas la logique de ceux qui ne pratiquent absolument aucun exercice physique.

284.

Vive le mysticisme horticole !

285.

Rentrer dans le lard sans pitié à la pseudoscience, c'est un devoir, c'est une mission.

286.

Et cette semaine, les surprises ce sont des Pokemons. Pas question d'y aller !

287.

Bon, je m'explique dans celle-ci, mais ne croyez pas pour autant que le sujet est épuisé !

288.

Les gars, un bon gros dodo de temps en temps ! Mais quand on a des gosses surtout, la " grasse soirée " seule reste possible.

289.

même commentaire qu'en 287 mais sur un autre sujet.

290.

Clin d'œil " bitu " à une plume belge très originale et dont j'admire la célébrité.

291.

Voir commentaire du 285.

292.

On se justifie comme on peut.

293.

Je vous avais dit que le sujet n'était pas épuisé !

294.

C'est bien ce que je suis en train de faire avec ces lignes.

295.

Décidément, ce sujet m'amuse.

296.

Et surtout quand on change un lange bien rempli à trois heures du matin.

297.

La suite du 219 puis du 276, j'ai dû concéder à ma femme que certaines choses ne peuvent pas s'écrire. Débat sans fin que celui-là…

298.

En tout cas, c'est pas moi.

299.

Même commentaire que285 et 291, mais le troisième est clairement le coup de grâce !

300.

Au cas où vous auriez oublié, c'est le sixième jour qu'il nous a fabriqués…

301.

Une discipline qui vaut la peine d'être appliquée pour notre plus grand bien.

302.

Vous trouvez ça dégeu de bouffer des insectes ? Mais que dire des escargots, crevettes ou huîtres crues ? Et de certains fromages qui dégagent à fond et pourtant sont délicieux ?

303.

D'ailleurs au moment où je tape ces lignes, qu'est-ce que j'en ai, des rapports en retard…

304.

Je n'ai volontairement pas fait de chapitres thématiques précisément parce que pour ce sujet-ci, plein de gens l'auraient sauté. Avec le " désordre stratégique " bien installé, le temps qu'ils aient réalisé de quoi parle la phrase, ils l'ont quand même lue !

305.

Les Bonobos ont tout pigé avant nous.

306.

Vous faites partie desquels ? Avec un peu de chance, d'aucuns.

307.

Les gâtés pourris souvent ne se rendent même pas compte qu'ils sont gâtés.

308.

On peut être ouverts à tout mais concéder néanmoins qu'il y a une formule " idéale ".

309.

Certains thèmes sont vraiment inépuisables. La politique va mal car elle sert trop souvent de nos jours de tremplin à des gens qui ne sont absolument rien en dehors d'elle.

310.

Les potes, y'a que ça de vrai ! (oui, oui, après la famille, bien sûr…)

311.

Je désespère.

312.

La punition est toujours plus sûre que la récompense.

313.

On peut se moquer de tout. Même de ceux qui se moquent de tout.

314.

Ou quand on croyait avoir de la haute technologie et qu'on ne reçoit que du burlesque.

315.

Constat amer surtout parce que rien ne devrait changer à moins d'un miracle.

316.

Une illustration évidente de notre boulimie.

317.

Un massacre trop peu connu.

318.

mmmmhh ….

319.

Tous à poil !

320.

On essaie d'aider qui, au juste ?

321.

Un thème à développer ! en attendant, voici de quoi lancer le débat.



322.

no comment.

323.

Avec tout ce qui se passe dans nos têtes, pas de surprises.

324.

Méditation transcendantale ?

325.

Allez, les gars, au boulot ! ! !

326.

Un de ces moments hors du temps…

327.

Plus clair que ça…

328.

Que voilà un beau conseil que tous les lecteurs mâles se feront un plaisir de ne pas suivre.

329.

Mes sentiments à la sortie du livre.

330.

" C'est l'heure de baiser " ou bien " Maintenant est venu le temps de se rassembler ".
Bref, encore un petit coup de Latin torturé pour finir en beauté !

……

331.

Vous ne le trouvez pas ? C'est le titre du livre ! Et oui, l'idée derrière le nom " Jets d'Encre " est aussi un jet d'encre en soi. Mon espoir est que cette expression soit utilisée comme dénominateur commun simple d'emploi pour tous ceux qui veulent parler de cette petites pensées que l'on appelle proverbes, dictons, pensées justement aussi, maximes, aphorismes, syllogismes ou autres noms intellos dont on oublie la définition exacte cinq minutes après l'avoir lue ! Le livre suivant ne s 'appellera pas " Jets d'Encre 2 ", mais son contenu sera quand même composé de jets d'encre… Sortie prévue 2001.

332.

Encore un que vous ne trouvez pas ? je l'ai attribué à la PRÉFARCE du livre. Bientôt disponible sur le site dans le même format que la page dans le livre.

333.

Pour clôturer le travail, numéro attribué … à la POSTFARCE du livre ! idem que pour 332.

Comme quoi, seuls ceux qui auront lu les commentaires jusqu'au bout comprendront pourquoi le livre suivant commence à 334 et non à 330 !