LECTURE(S) DU MOIS
De Paul CARVEL  

Il ne s’agit évidemment pas ici de concurrencer les critiques littéraires professionnels qui s’occupent des dernières nouveautés, mais plutôt de partager avec vous d’abord mes choix de lectures – puisqu’ils influencent bien évidemment mon écriture – ensuite de donner quelques réactions sur le vif sans pour autant s’épancher dans une dissertation exhaustive. J’espère bien évidemment qu’à l’occasion, certains de ces commentaires vous donneront l’envie de découvrir l’un ou l’autre de ces livres par vous-même.

Une ligne de conduite guide la majorité de mes choix de lectures et je tiens beaucoup à vous la transmettre : LISEZ « VIEUX » ! Evidemment dit comme ça, ça sonne bizarre mais l’idée est bien là : consacrez un part significative de vos lectures à des ouvrages allant de l’épopée de Gilgamesh il y a quatre mille cinq cent ans jusqu’à la première moitié du vingtième siècle. Le déluge de production qui s’en suit remplira aisément le reste de votre temps.

Dans la rubrique du site « autres lectures » vous trouverez précisément quelques suggestions (quand elle sera dignement mise à jour !), mais sur cette page-ci, il s’agit uniquement de tous les livres qui viennent de me passer entre les mains.

Les lectures les plus récentes se trouvent immédiatement ci-dessous, les autres resteront disponibles mais repoussées en fin de fichier, qui j’espère s’allongera rapidement. Et ne venez pas me dire que je ne lis pas beaucoup : avec une femme - adorable, of course - , quatre gamins de un à douze ans - adorables aussi, bien sûr -et deux chiens déchaînés, je n’ai pas que ça à faire en dehors du boulot !

C’est parti !


LECTURES DE JUILLET A SEPTEMBRE 2006

Ehm, la honte, d’accord que c’était les vacances, mais quand même. Bon, On se rattrape …

« LA GUERRE DES MONDES » de H.G. WELLS

Fait partie de ces livres dont tout le monde a entendu parler, mais qui l’a lu finalement ? Ce livre mérite-t-il son statut de grand classique de la science-fiction ? Oui, certainement. Son écriture est étonnamment moderne et H.G. Wells excelle dans la dissémination de petits détails qui font qu’on s’y croirait vraiment. Et puis, le charme de l’idée du canon martien pour envoyer les vaisseaux, ou encore la découverte du « secret de voler » grâce à la technologie extraterrestre, c’est trop génial d’avoir ce coup d’œil sur l’état d’esprit d’une époque pas si éloignée que cela. En tous cas rien à voir avec la version film de Spielberg de 2005, qui le massacre à la sauce Ketchup. Etonnant vu la trempe du gaillard qui avait fait le génial « Rencontres du troisième type »…

A placer sans hésiter à côté de « La planète des singes » de Pierre BOULE, parmi les livres de science-fiction lisibles même par les non-fans du genre. Il faut y voir chaque fois cette touche philosophique plus ou moins discrète sur notre espèce. Témoin cette réflexion sur l’invasion des méchants E.T. : « …elle nous a enlevé cette sereine confiance en l’avenir, qui est la plus féconde source de décadence… »

« CONTES » de Denis DIDEROT

Contient notamment le génialissime « Supplément au voyage de Bougainville » mis en solo dans cette même rubrique il y a quelques mois. Inégal mais néanmoins quelques perles notamment les histoires hallucinantes sur les relations entre hommes et femmes. Les siècles se suivent et les êtres humains sont toujours les mêmes orgueilleux obsédés sexuels, spécialistes pour compliquer les choses simples…

« MON PROPRE RÔLE », Tomes 1 et 2, de Serge GAINSBOURG

Ze Gainsbarre… un classique déjà de son vivant. Ces livres représenteraient l’intégralité de son œuvre (pas vu « requiem pour un con », pourtant il me semble que c’est de lui). Tout n’est pas du même niveau (c’est dur quand on habitue les fans à la perfection) mais dans l’ensemble c’est la plus grande concentration d’éclairs de génie sur 600 pages. Un plaisir de lecture infini qui force l’admiration. Salut à toi, « par hasard et pas rasé »…Et qu’est-ce qu’il y allait fort côté histoires de Q déjà dans les sixties, le galopin !

« LES JARDINS DE LUMIERE » de Amin MAALOUF

Roman initiatique qui relate l’histoire de Mani, sorte de prophète du troisième siècle de notre ère qui vivait du côté de l’actuel Irak. C’est tout simplement somptueux, supérieur, je le relirai sans nul doute. J’aimerais bien rencontrer Amin Maalouf…

« MACAIRE LE COPTE » de François WEYERGANS

Il s’agit aussi d’un roman initiatique, ma folie du moment, mais ici c’est plutôt la version trash sado-maso des ermites égyptiens du début de l’ère chrétienne. Intéressant mais n’essayez pas d’en faire autant à la maison.

L’HORREUR EST HUMAINE » de COLUCHE

On aime ou pas son humour, il y a à boire et à manger dans ce livre, qui nous permet de découvrir l’étendue du talent de ce bonhomme. Livre distribué gratuitement en librairie. Petite anecdote : j’avais aussi mis dans un de mes livres « l’horreur est humaine », mais bon il l’a faite avant moi, donc je m’incline.

« LA MORT DE GILGAMESH » de Myriam MALLIÉ

Livre d’une écriture splendide mais qui ne prendra sa vraie valeur que si vous avez d’abord lu « l’épopée de Gilgamesh ». Comme c’est la plus ancienne histoire écrite qui soit parvenue jusqu’à nous, je ne peux que vous conseiller cette lecture, et si elle vous a enchanté, passez sans hésiter à ce livre-ci.

« MÊME LES ANGES ONT DU SANG SUR LES AILES » de Vincent FLAJAC

Roman d’amour ultra noir mais magnifique, surprenant, original. Situé sur Belle-Île en Mer, il ne manquait plus qu’à ajouter une carte au livre pour suivre les périples des personnages.

« LANFEUST DE TROY, Tomes 1 à 8 » de ARLESTON ET TARQUIN
« LANFEUST DES ETOILES, Tomes 1 à 5 » from the 90’s and going on…

KWA ? De la bande dessinée ici ? Et pourquoi pas…Une passion partagée avec mes deux aînés, soit un excellent alibi (comme si c’était nécessaire !) pour se plonger jour et nuit dans une saga de science-fiction fantastique, avec un Troll carnassier qui jure en disant « godferdom » (pour les bruxellois !). Un vrai plaisir…


LECTURES DE JUIN 2006

L’INVITÉ » de Roald DAHL

Uh, uh, uh … Cet écrivain est surtout connu pour ces contes pour enfants comme « Charlie et la chocolaterie », mais il faut avouer que ce texte coquin est aussi parfaitement délectable, mais pour un public clairement adulte… Il s’agit d’une nouvelle d’environ 90 pages extraite d’un livre appelé « La grande entourloupe », idéale pour agrémenter une soirée sans télévision. A placer dans le top ten des fins surprenantes ! Permet une lecture tant masculine que féminine.


LECTURES D’AVRIL ET MAI 2006

Après des vacances de Pâques très peu intellos où j’ai joué au foot avec mes trois plus grands (rassurez-vous il n’y en a qu’un de plus…), visité l’aquarium de Genova, le musée d’égyptologie de Torino, et une splendide cave à vin piémontaise, je n’ai finalement lu que des Mickey en italien…J’ai donc pris un peu de retard dans les lectures sérieuses… Mais bon, petite cuvée de qualité…

« À L’OUEST RIEN DE NOUVEAU » de Erich Maria REMARQUE

Encore un mégaclassique que j’ai mis très longtemps à découvrir. Le journal de bord d’un soldat allemand de 18 ans pendant la première guerre mondiale. Que dire de plus si ce n’est que ce devrait être une lecture obligatoire pour la dernière année d’école, par exemple. Sur le c… à chaque page, à ne rater sous aucun prétexte.

« L’UTOPIE » de Thomas MORE

Petit commentaire aussi sur cette maison d’édition. Le principe ? Des textes classiques à 2 € ! Ici aussi, pas d’excuses pour ne pas consommer sans modération, quitte à acheter après une édition plus clâââssse pour les collectionneurs…

Pour ce qui est du livre, tout le monde ou presque en a entendu parlé, mais qui l’a vraiment lu ? Je dirais qu’en tous cas c’est une lecture indispensable qui reste d’une modernité étonnante. Sans être d’accord avec tout ce qu’il propose (mais bon à 97% quand même oui !), c’est absolument génial. On ne voit plus les politiciens de la même façon ! Demande un peu de concentration mais vaut vraiment la peine. Et dire que ce bonhomme a été condamné à mort (et décapité) par Henri VIII dont il était conseiller puis Grand Chancelier, pour s’être opposé à son divorce. Nondidju, Thomas, tu pouvais vraiment pas te taire sur ce coup-là ? T’avais pas déjà pigé que ce mec était un fêlé ?


LECTURE DE MARS 2006

« KURU » de Thomas GUNZIG

Jeune auteur belge à succès, je le découvre grâce à un ami journaliste qui me l’a offert. Surprenant ! Personnellement j’ai aimé mais il ne cherche clairement pas la facilité et j’imagine que pas mal de monde doit décrocher assez vite. Un mélange de surréalisme, de conspiration internationale, de critique politique, de drames humains en tous genres. Le problème, c’est que avec ce genre de mélange, il y a beaucoup d’éléments que le lecteur ne sait pas où classer entre réel et imaginaire, et donc ça perd un peu de sa force. Etrangement, pour un lecteur relativement informé – ehm, moi par exemple !...- on constate que Mister Thomas sait des choses, mais il n’en dit pas plus donc c’est un peu frustrant… Déjanté et talentueux, je vais certainement lire d’autres de ses livres.


« MILLE ET UNE PENSEES » de Philippe BOUVARD

Fait partie de ma recherche systématique de livres de pensées. Bouvard et ses grosses têtes font évidemment quasiment partie de l’inconscient collectif des francophones belges comme des français. Bon, le gaillard, il a vécu et même bien, donc il a évidemment plein de choses à dire ! Dommage qu’il ait classé les phrases par thèmes, ça a bien sûr ses avantages, mais quelqu’un pourrait zapper tout un chapitre et perdre des pensées surprenantes… Mon chapitre préféré ? V comme Vieillesse. Il aurait quand même pu se fouler pour un titre plus original.

« OSCAR ET LA DAME ROSE » de Eric-Emmanuel SCHMITT

Deuxième lecture dans la foulée de M. « Schmitt en t t » et le talent est toujours au rendez-vous. Mais comme tout le monde sait qu’il est génial, seul un petit brin de rentre dedans a de l’intérêt ici. Donc, voilà : ça sent la recette de cuisine ! La structure est tellement similaire à celle de M. Ibrahim que ça casse un peu la magie. En fait, ça les pénalise de les lire trop rapprochés. Et puis, un deuxième massacre organisé de l’image des parents, on commence à se demander s’il y a de l’autobiographique là-dedans. Et si ce n’est pas le cas, j’aimerais bien savoir pourquoi. Bon, je vais quand même en lire un troisième…

« SIDDARTHA » de Hermann HESSE

Mais comment n’ai-je pas eu vent de ce livre plus tôt ? C’est une honte ! Vous croyez que l’Alchimiste de Paulo Coelho est le livre ultime sur le voyage initiatique d’un individu ? Vous n’avez pas lu Siddartha. En tous cas, Coelho l’a certainement lu, lui… Serait-ce du blasphème de dire que le meilleur livre sur la philosophie orientale a été écrit par un occidental ? Apparemment, c’était aussi la bible de hippies dans les années soixante. Lecture obligatoire pour tout curieux qui se respecte.


LECTURES DE FEVRIER 2006


« DES CANNIBALES », extrait des « Essais » de Michel DE MONTAIGNE.

Avant de parler du livre lui-même, un commentaire sur les Editions Mille et Une Nuits : une sélection particulièrement éclectique de textes classiques à prix dépassant difficilement les 3 €, une petite promenade dans leur catalogue s’impose !

« Traduit » en français moderne donc accessible sans devoir lire autant les notes explicatives que le texte lui-même, ce petit livre propose une réflexion originale sur la notion de sauvagerie en mettant en perspective le cannibalisme découvert avec effroi dans le Nouveau Monde avec les actes courants de torture et mise à mort dans l’Europe de l’époque. A ce petit jeu, n’est pas le plus monstrueux qui croit !


« SUPPLEMENT AU VOYAGE DE BOUGAINVILLE », de Denis DIDEROT

Deux siècles après les cannibales, ce sont les habitants des îles du Pacifique qui vont inspirer ici de nouveau une comparaison entre l’Ancien et le Nouveau Monde, mais cette fois concentrée sur le thème des rapports entre hommes et femmes, tant sociaux que sexuels. Très surprenant et nettement plus drôle que le livre précédent, ils témoignent tous deux d’une même démarche et finalement s’avèrent extrêmement modernes dans leurs conclusions. Les temps changent peut-être, mais la nature humaine pas…


« MONSIEUR IBRAHIM ET LES FLEURS DU CORAN » de Eric-Emmanuel SCHMITT

Voici un écrivain dont les médias ne cessent de nous bassiner combien il est génial, le slogan qui tue étant qu’il serait l’auteur français le plus joué au théâtre aux quatre coins de la planète. Evidemment invérifiable mais on s’en fout. Ca me rappelle le groupe anglais Oasis qui était vendu comme le meilleur groupe du monde depuis les Beatles…Bref, de quoi vous mettre la nausée avant même d’avoir ouvert un de ses livres à moins que, comme dirait la poupée de PPDA dans les « Guignols de l’Info » sur Canal Plus, vous croyiez toujours aveuglément ce que vous voyez à la télévision.

Mais bon, si d’un côté il faut éviter d’être influençable, il faut aussi éviter les préjugés et donc essayer de se forger sa propre opinion.

La conclusion de cette lecture : excellent ! Même si le livre est d’une brièveté qui frôle la nouvelle, on est surpris pratiquement à chaque page. C’est drôle, émouvant, dur, intello sans peser, le monsieur est en effet très talentueux et je compte bien lire d’autres de ses livres.

Mais bon, pour quand même être aussi un brin critique, la fin de l’histoire est débarquée un peu comme un « coïtus litterarius interruptus », avec un voyage initiatique qui déçoit mais je ne peux pas en dire plus pour ceux qui ne l’ont pas encore lu. D’autre part le livre est présenté comme faisant partie d’une collection de quatre livres approchant les quatre grands courants de pensée « religieuse ». Si celui-ci est sensé traiter de l’Islam, on ne peut pas dire qu’on y apprenne grand-chose à son sujet. A part l’encouragement du dialogue entre juifs et musulmans, la définition du soufisme, l’origine de la circoncision ou un rappel des prophètes communs aux deux religions, c’est plutôt les rites de passage de l’enfance à l’âge adulte et un réflexion sur le rôle des parents qui marquent cette histoire.

De la littérature contemporaine de très haut vol. Mérite sans conteste tout le bien qu’on en dit.